• MAMAN VIP

    Interview MAMAN VIP  

    Boulevard poissonnière à Paris, Alizée m’attend à la terrasse d’un petit bistro. Toujours aussi souriante, l’ex-ado star des années 2000 est devenue une jeune femme de 28 ans pleine de vie. Mère d’une petite fille âgée de 8 ans, Alizée a choisi Neuf mois pour parler de sa grossesse et de sa vie de maman.

     
    Tu es la maman d'une petite Annily, tu es tombée enceinte à 20 ans. Ta grossesse a-t-elle été difficile à vivre ?
     
    Non pas du tout. Je crois que plus on fait des enfants jeune, moins on se pose de questions. Pour anecdote, l’une de mes cousines âgée de 30 ans est tombée enceinte en même temps que moi. Et bien nous n’avons pas du tout vécu notre grossesse de la même façon, ni même l’arrivée du bébé. A 30 ans, on réfléchit plus, on se pose beaucoup de questions. Alors qu’à 20 ans, ce n’est pas qu’on est inconsciente, mais on vit plus au jour le jour.
     
    Ta grossesse a-t-elle changé ton quotidien ?
     
    Je n’ai pas changé de vie. Certes, j’ai pris énormément de kilos mais en aucun cas ma grossesse a été un handicap.
     
    Des maux de grossesse à déclarer ?
     
    Pour ce qui est des insomnies, oui. Comme je n’arrivais pas à dormir, je mangeais la nuit. Je pense avoir vécu une grossesse quasi-parfaite puisque j’ai eu  la chance de ne pas avoir été malade.   
     
     
    7553-04a
     
    Y avait-il des choses qu'on ne pouvait pas te dire pendant 9 mois ?
     
    Comme j’ai pris 28 kilos pendant ma grossesse, le truc à ne pas me dire c’était que je ne retrouverai plus jamais mon ancienne silhouette. Par esprit de contradiction, plus les gens me répétaient cette phrase, plus je mangeais ! La presse aussi n’a pas été tendre avec moi. Les magazines ont dévoilé des photos où j’étais assez grosse. Quand on est enceinte il est normal de grossir. On ne prend pas 28 kilos juste parce qu’on mange.
     
    Quel a été ta réaction lorsque tu as découvert pour la première fois le visage de ton petit bout ?
     
    C’est marrant parce que c’est la question que je me suis le plus posé pendant 9 mois. Quelle tête aurait ma fille ? Je l’ai découvert pour la première fois lors d’une échographie 4D. Cette technique était toute récente à l’époque. On pouvait vraiment bien apercevoir les traits de son visage. A la naissance, Annily avait exactement la même frimousse. Quand je l’ai vu pour la première fois, c’était d’ailleurs un sentiment un peu bizarre. J’avais l’impression de devoir en profiter à fond. Je ressentais tellement de bonheur que je craignais qu’on me l’enlève.
     
    As-tu eu le baby blues ?
     
    Non pas du tout.
     
     
    aliz
     
    Comment as tu choisi le prénom de ta  fille ?
     
    La mère de son papa est décédée avant sa naissance. Elle s’appelait Annie. Avec son père, nous nous étions promis que si le bébé était une fille, nous ferions un petit clin à sa grand-mère. Nous avons donc inventé Annily pour lui rendre hommage.   
     
    Comment décrirais-tu ta relation mère-fille avec Annily ?
     
    Ma fille et moi sommes très fusionnelles. Quand elle est avec son père à Paris, elle m’appelle 50 fois par jour, juste pour me dire qu’elle m’aime ou savoir ce que je fais.
     
    C’est bientôt et déjà le 9ème anniversaire de ta fille. Qu’est-ce que ça te fais de la voir grandir si vite ?
     
    Ça fait bizarre, vraiment bizarre de se dire qu’elle a déjà 8 ans. Je m’en suis encore rendue il n’y a pas si longtemps en lui demandant ce qu’elle souhaitait pour son anniversaire. J’ai cru qu’elle allait me réclamer tous les jouets de la Terre mais non. Elle m’a demandé des vêtements de fille. C’est à ce moment que je me suis dit : « elle grandit pour de vrai ».  
     
    148957_468320886559138_296625851_n
     
    Tu peux peut-être partager plus de choses avec elle aujourd’hui ?
     
    Complètement. Je suis tombée enceinte très jeune. Je me dis que finalement plus Annily grandit, plus on devient amie et plus on partage de choses. Parce que je suis encore très jeune et que ma fille grandit, je peux manger en tête à tête avec elle et avoir de véritables discussions mère-fille. C’est très agréable.
     
    Annily aurait-elle envie de devenir chanteuse comme sa maman ?
     
    Je ne pense pas. Elle aime mon métier mais elle aspire à d’autres choses. Ce qui est marrant c’est qu’elle ait des envies totalement opposées. Elle veut être vétérinaire et styliste. Avec les livres et les jeux grâce auxquels on crée ses propres vêtements aujourd’hui, Annily s’intéresse beaucoup à la mode.
     
    As-tu rencontré des difficultés en tant que maman ?
     
    Oui, quand je me suis séparée du papa d’Annily.  Ce fût très compliqué de lui expliquer que malgré cette séparation son père et moi serions toujours là pour elle et l’aimerions toujours autant. C’est le moment le plus dur que j’ai eu à vivre en tant que maman.
     
    Après une longue absence, tu es enfin de retour sur scène. Comment comptes-tu mener de front ta carrière, la promotion de ton 5ème album « 5 » et ta vie de maman ?
     
    Je crois que le métier de maman est plus difficile que celui de chanteuse. Comme j’habite en Corse, et comme ma fille est scolarisée à Ajaccio, il n’était pas question en reprenant ma carrière de perturber son environnement. C’est un choix de ne pas l’avoir emmené avec moi à Paris. Il est important qu’elle conserve un rythme normal, qu’elle aille à l’école comme toutes les petites filles de son âge et qu’elle dorme suffisamment.  
     
    Tu as donc confié Annily à ta famille ?
     
    Je ne voulais pas qu’à Paris ma fille se retrouve chez une nounou. A Ajaccio, ce sont mes parents et ma grand-mère qui vont la chercher à l’école. Ils s’occupent d’elle avec attention. Annily est très entourée. De mon côté, quand je suis à Paris je peux me concentrer sur ma promotion et intensifier mon planning sur 4 ou 5 jours pour retourner auprès d’elle le plus souvent possible.
     
    Si tu avais un conseil à donner aux mamans et futures mamans ?
     
    Faire des enfants jeune. Être enceinte jeune est quelque chose que j’ai très bien vécu. Cela me permettra de profiter longtemps de ma fille. Faire des enfants très tôt dans ma famille est quelque chose de récurrent. Ma grand-mère a eu ma mère à l’âge de 17 ans et ma mère m’a eu à 22 ans.
     
    Autre conseil, il ne faut pas que les mères se prennent la tête. J’ai toujours fait avec ma fille comme si elle comprenait tout. Toute petite, je lui parlais comme un adulte. Il n’y a rien de plus simple que d’expliquer les choses. Les enfants sont souvent beaucoup plus intelligents pour comprendre que certains adultes.
     
    Avant de te laisser,que peut-on te souhaiter aujourd’hui ?
     
    Que ma fille soit toujours en bonne santé. J’ai été marraine d’un petit garçon trop tôt disparu. Il aurait le même âge qu’Annily aujourd’hui. Ce fût très dur lorsqu’il a fallu dire au revoir à ce petit bout. Quand je vois ma fille, je me dis que j’ai beaucoup de chance de la savoir en bonne santé.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :